L'Inter Milan a montré ses faiblesses

L’Inter a subi un gros coup d’arrêt en étant surclassé par Tottenham (1-3), une défaite qui n’hypothèque pas l’avenir du tenant du titre en Ligue des champions, mais qui a réveillé bien des doutes sur la formation de Rafael Benitez, incapable de réagir mardi soir.

“Leçon d’anglais”, titrait mercredi la Gazzetta dello sport. Ce troisième revers de la saison fait plus mal que les précédents, la SuperCoupe d’Europe contre l’Atletico Madrid en tout début de saison, et celui concédé sur le terrain de l’AS Rome en championnat, où les Nerazzurri ne s’étaient inclinés que dans le temps additionnel (0-1 le 25 septembre). Ils n’avaient pas autant été bousculés que mardi soir à White Hart Lane.

Le discours fataliste de Benitez après match est révélateur des blessures ouvertes par Tottenham. “Ils étaient plus rapides et physiquement plus forts que nous, a admis l’Espagnol, et quand ils avaient la balle, ils étaient toujours dangereux”.

“On aurait certainement pu mieux faire dans la possession de balle, mais ils nous en ont empêché en jouant également très bien aussi en défense”, a-t-il ajouté. Il s’est souvent dressé de son banc pour haranguer ses troupes, mais est resté impuissant.

Défense ridiculisée
Il n’a jamais résolu le problème Gareth Bale en quatre mi-temps: un triplé à l’aller (4-3 pour l’Inter), deux passes décisives au retour. Une pierre dans le jardin de Benitez. “Bale les a tués, a sèchement commenté le milieu néerlandais de Tottenham, Rafael Van der Vaart. Maicon (son adversaire direct) est pourtant un des meilleurs défenseurs du monde”.

Le prodige gallois (21 ans) a ridiculisé une défense qui a fait peine à voir. Le combattant Lucio, capitaine du Brésil au Mondial-2010, a été mystifié par le grand pont de Bale sur le troisième but. L’arrière-garde intériste a déjà encaissé quatre buts en C1, soit deux par matches. Benitez peut s’inquiéter.

L’Inter a également été dépassée au milieu de terrain, où elle n’a pu surmonter les nombreuses absences (Esteban Cambiasso, Dejan Stankovic, Thiago Motta, MacDonald Mariga), auxquelles est venue s’ajouter celle du Ghanéen Sulley Muntari, touché mardi soir.

Seul Samuel Eto’o, en attaque, a rivalisé, signant son 19e but de la saison et confortant sa place de leader des buteurs en C1 (7 buts).

“Nous les avons empêchés de jouer. Nous avons été la meilleure équipe du début à la fin”, a synthétisé Harry Redknapp, l’entraîneur de Tottenham. L’Inter doit se reprendre samedi contre Brescia, un mal classé (16e), en prévision du derby contre l’AC Milan, le 14 novembre.

Si la leçon est douloureuse, tout n’est pas perdu pour autant. L’Inter garde sa qualification en mains, il l’assurera s’il bat le FC Twente lors de la 5e journée de C1, le 24 novembre. “L’essentiel est de gagner le prochain match et de se qualifier, assure Benitez. Terminer premier du groupe ou pas, ça ne fait pas une grosse différence.” Un discours de perdant, quand même…

Advertisements