L'AC Milan en danger face au Real Madrid

L’AC Milan est dans ses petits souliers avant de recevoir le Real Madrid, mercredi en Ligue des champions: son jeu n’est pas encore au point, contrairement à son adversaire, et un mauvais résultat menacerait sa qualification pour les 8e de finale au profit de l’Ajax.

Les travaux de Massimiliano Allegri sont moins avancés que ceux de José Mourinho. L’entraîneur de l’AC Milan cherche encore la meilleure formule alors que le Portugais semble avoir déjà façonné le Real à sa manière.

Pendant que les Madrilènes caracolent en tête de leur Liga, Milan est à 6 points du leader (la Lazio Rome) et reste sur une défaite à domicile contre la Juventus Turin (1-2). C’est un peu comme si le Real avait perdu chez lui contre le FC Barcelone avant un match de C1…

“C’était un de nos meilleurs matches de la saison, tempère Allegri, il a seulement manqué le résultat. La Juve a été l’équipe qui a le moins tiré au but de tous nos adversaires, mais quelquefois le foot c’est comme ça…”

Les ravages de Cristiano Ronaldo
Le Real Madrid a également démontré sa capacité de réaction face à l’adversité et Mourinho son sens du “coaching”, ce week-end sur le terrain d’Hercules Alicante. Mené à la mi-temps, le Real a remonté son premier score défavorable de la saison pour s’imposer 3-1. Les clés du retournement de situation: le discours de “Mou” à la pause (“Le “coach” est un phénomène. A la mi-temps, il a été parfait”, dixit Iker Casillas ) et l’entrée en jeu de Benzema, à la place du défenseur Pepe.

Benzema a été à l’origine des deux buts de Cristiano Ronaldo en fin de match (indirectement, avec une frappe repoussée, puis directement, avec une passe décisive). Assez pour jouer à San Siro ?

Au rayon des individualités, le Real semble également en avance sur le Milan. La frappe de Cristiano Ronaldo fait des ravages en ce moment. L’international portugais, qui enchaîne les doublés, a déjà inscrit 11 buts en Championnat d’Espagne en 9 journées. Quand il cadre, c’est soit but, soit de toutes façons un supplice pour le gardien, qui ne peut souvent que repousser comme il peut. Dernière victime en date: le gardien d’Hercules, Calatayud, sur l’égalisation du Real Madrid, signée Di Maria, après un obus de Ronaldo.

Zidane en tribune
Chez les Rossoneri, la star Zlatan Ibrahimovic a bien marqué contre la Juve, mais il a aussi beaucoup gaspillé. “Nous ne devons pas laisser “Ibra” trop seul au milieu de la défense”, a plaidé Ronaldinho.

Allegri devrait replacer le Brésilien, absent contre la Juve, en meneur axial derrière les deux attaquants, Ibrahimovic et Inzaghi ou Pato.

Il faudra donner de la vie au jeu, car la leçon reçue il y a deux semaines (0-2) a fait mal à l’AC Milan. Adriano Galliani, l’administrateur du club, a même avoué avoir eu peur d’en prendre cinq.

Il faut aussi surveiller l’Ajax Amsterdam (4 points, comme les Rossoneri), en déplacement à Auxerre, qui a perdu ses trois premiers matches. Et le Real pourrait sauter sur l’occasion de mettre en ballottage défavorable un concurrent pour le titre européen.

“Il est important de finir premiers. Notre objectif est d’assurer la première place le plus vite possible, assure le défenseur portugais Ricardo Carvalho, premier relais de Mourinho sur le terrain. A Bernabeu, nous avions été meilleurs et cette fois ils vont vouloir montrer qu’ils peuvent nous battre”.

Ce choc aux 16 C1 (neuf pour le Real, sept pour le Milan) est enfin l’occasion de voir Zinédine Zidane s’investir dans son rôle de “lien entre l’équipe première et le président”, selon les mots de “Zizou”. “Il ne va pas s’asseoir sur le banc mais il aidera Mourinho dans ses relations avec l’équipe”, a expliqué Jorge Valdano directeur général du Real.

Advertisements