L'Inter, tenant du titre, chute à Tottenham

L’Inter Milan, tenant du titre, a chuté pour la première fois de la saison sur la scène continentale à Tottenham, 3 à 1, manquant ainsi l’occasion d’assurer sa qualification pour les huitièmes de finale de la Ligue des champions.

Les Intéristes, diminués par de nombreuses blessures (Julio Cesar, Cambiasso, Motta, Stankovic…) ont été sévèrement chahutés par les “Spurs”, qui se sont offerts là leur première grande victoire dans une compétition qu’ils découvrent dans sa formule actuelle.

Tottenham rejoint le champion d’Italie en tête du groupe A avec 7 points, les deux équipes se trouvant en bonne position pour passer à la phase suivante.

Les Anglais sont en tête seulement grâce à la différence de buts particulière.

Les buts londoniens ont été inscrits par Van der Vaart (18), Crouch (61) et Pavlyuchenko (89), mais l’homme de la soirée a de nouveau été le jeune Gareth Bale, déjà auteur d’un triplé au match aller, gagné 4 à 3 par les Milanais.

Le Gallois de 21 ans n’était pas à l’origine du premier but, inscrit de près par le meneur de jeu néerlandais à la réception d’une belle ouverture du Croate Modric, mais il a fait tout le travail sur les suivants en adressant deux centres au cordeau après des débordements supersoniques sur son aile gauche.

Extrêmement rapide et habile balle au pied, il a constamment ridiculisé son vis-à-vis, l’arrière droit Maicon, pourtant une pointure à ce poste. Sur le troisième but, c’est l’autre international brésilien Lucio qui a été mystifié par un grand pont.

Les caviars de Gareth Bale
Bale a aussi vu un de ses caviars vendangé par Crouch seul à six mètres en première mi-temps et aurait pu marquer lui-même, son retourné manquant de peu la cage de Castellazzi en début de seconde période.

Les Spurs ont joué la deuxième période sans Van der Vaart, sorti par précaution à la pause pour ménager une cuisse douloureuse depuis la défaite à Manchester United le week-end dernier (2-0).

Cela n’a pas empêché Tottenham d’accentuer sa domination, jusqu’à ce qu’Eto’o surgisse au moment où l’Inter, rarement dangereux, semblait se résigner.

En feu depuis le début de la saison, le Camerounais a réduit le score d’une frappe sèche des 18 mètres (80), condamnant les supporteurs anglais à dix minutes de tension.

Mais les derniers efforts milanais, annihilés par la dernière charge de Bale, n’ont pas pu empêcher leur nouvel entraîneur Rafael Benitez de quitter White Hart Lane sur une défaite pour la quatrième fois d’affilée, lui qui s’y était incliné lors de ses trois dernières visites avec Liverpool.

Advertisements